top of page

Peindre le monde


Sommes nous machine ? Sommes nous humain ? L'ordinateur a un fonctionnement binaire: 0 ou 1, bon ou mauvais, plein ou vide... Lorsque le 0 est là, le 1 ne peut être, et inversement. La machine est emprisonnée dans ses programmes définis, elle ne peut en sortir. Elle est condamnée à continuellement choisir dans son système binaire entre le noir et le blanc, entre le 0 et le 1, entre l'un ou l'autre.


L'Humain, lui, a mille et une couleurs. Chaque émotion est une couleur qui vient l'alerter sur un besoin comblé ou non, dont le but est la recherche du meilleur environnement propice à sa survie. Le bien-être et le bonheur l'informent immédiatement de la présence de cet environnement propice pour lui, l'invitant à recréer sans cesse les conditions qui y ont conduit. Puis ces couleurs émotionnelles se teintent de couleurs rationnelles, l'aidant à penser, définir et construire cet environnement. Il crée des nouvelles teintes. Sa palette devient riche, magnifique.

Lorsqu'il rencontre un Autre, avec sa propre richesse de couleurs, il regarde, observe, est inspiré par les couleurs de l'Autre, car il est un Artiste, il est un créateur. Ainsi, il ajoute de nouvelles nuances à sa palette de couleurs. Et c'est ainsi qu'il crée, qu'il peint le monde avec des millions de couleurs extraordinaires, C'est ainsi que l'harmonie peut se dessiner. Milles techniques, des millions de tableaux dans une galerie infinie... L'instinct de survie de l'Humain a su s'affiner, évoluer. Il a compris que les palettes d'autres artistes, comme lui, venaient enrichir la galerie, et que la galerie pouvait l'enrichir à son tour... Mais s'il n'a pas pris conscience des couleurs qui le définissent, ou de leur vocation à peindre, il aura peur des peintures de l'Autre, les seules qui existeront à ses yeux, et il aura peur de disparaître...


Oui... La peur de disparaître a cette fâcheuse tendance à figer "l'apprenti-sage", elle pousse à se réfugier dans un monde rassurant, comme celui de la pensée binaire. Après tout, difficile de se tromper avec seulement 2 possibilités !! Choisir le 1 ou le 0, sans qu'autre chose ait sa place, cela peut être rassurant...

Et, s'il a vraiment, VRAIMENT trop peur, ce choix même devient difficile pour l'Humain, et il laissera un Autre à la pensée binaire -oui, comme nous l'avons déjà vu, le binaire est rassurant- il laissera donc un autre binaire ériger pour lui dans cette même peur de disparaître, un 0 ou un 1 qui le définiront, et lui rendront un "j'existe" possible.

Mais voilà, il aura perdu de vue que l'Autre ne peut peindre qu'avec les couleurs de SA vision du monde, à partir des couleurs élaborées par ses propres besoins! La peur l'aura perdu dans l'Autre, dans une vie par procuration qui lui donne l'illusion d'exister. L'illusion, me direz vous, c'est mieux que la peur... Oui, la peur empêche d'avancer, elle pose des frontières, elle fait appel à des reflexes conditionnés, des programmes: elle déshumanise!

Alors il t'appartient, HUMAIN, d'affronter ta peur, et de trouver que se cache derrière elle, le besoin non comblé qui l'a laissée, pernicieuse, entrer dans ta vie. Alors il t'appartient de découvrir chacune de tes couleurs, de les sublimer, et ainsi de peindre le monde de demain, avec la richesse et la beauté de l'arc en ciel.

Humain, sortir du binaire c'est devenir l'artiste de ta vie pour l'illuminer de mille et une couleurs. C'est être le pinceau du Divin.


Alexandra Taponard Pinéra, Artiste Peintre de la vie,

Graine de menhir.


Dédié à mon frère René, qui inlassablement ravive mon âme d'un "Loin de me nuire, mon frère, ma soeur, ta différence m'enrichit".


Si le malin se nourrit des dualités, le Divin lui, en fait une symphonie.

1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page